Voter with finger on flag of India

Le Bharatiya Janata Party, parti au pouvoir de Modi, remporte d’importantes victoires dans les élections des États indiens

Au cours de l’année écoulée, l’Inde a consolidé son statut de grande puissance économique et géopolitique et est de plus en plus considérée comme un contrepoids essentiel à la Chine dans la région indo-pacifique. Mais les forces politiques internes de l’Inde ne sont pas bien connues ou comprises en dehors de l’Inde, y compris au Canada. Les facteurs nationaux, tels que les politiques économiques et la trajectoire démocratique, sont néanmoins étroitement liés au succès de l’Inde en tant que puissance mondiale montante. Les politiques liées à la croissance économique et au commerce international sont également souvent influencées par des facteurs au niveau de l’État, ce qui fait des gouvernements des États indiens des acteurs importants à prendre en compte.  

Les récentes élections dans cinq États indiens – Madhya Pradesh, Rajasthan, Chhattisgarh, Telangana et Mizoram – contiennent non seulement des informations précieuses sur les facteurs socio-économiques relatifs à la religion, la caste et au sexe, qui déterminent la popularité du Bharatiya Janata Party (BJP) au pouvoir par rapport au Congrès, le principal parti d’opposition, mais elles constituent également une sorte de « demi-finale » dans la perspective du prochain tour des élections parlementaires nationales en avril-mai 2024.

Que pouvons-nous déduire des résultats de ces élections d’État – sur la force électorale du BJP au pouvoir, dirigé par le premier ministre Narendra Modi, sur les différences régionales significatives et sur le degré auquel l’Hindutva, ou nationalisme hindou, anime les électeurs – ou non ?

Quels ont été les résultats et pourquoi sont-ils importants ?

Les 3 et 4 décembre, le BJP a remporté d’importantes victoires dans trois des cinq États de l’Inde : Madhya Pradesh (163 sièges sur 230), Rajasthan (115 sièges sur 119) et Chhattisgarh (54 sièges sur 90). Le Congrès a remporté une victoire dans l’État méridional de Telangana (64 sièges sur 119), et les électeurs du petit État de Mizoram, dans l’extrême nord-est du pays, ont élu un nouveau parti, le Zoram People’s Movement (ZPM), avec 27 des 40 sièges de l’assemblée de l’État.

inde-elections
Design graphique : Chloe Fenemore

Les préférences des électeurs lors des élections au niveau des États varient souvent par rapport aux élections nationales, mais les récentes élections au niveau des États, quelques mois seulement avant les élections nationales de 2024, ont été l’occasion pour les partis de faire des progrès. Ces cinq États enverront 83 députés au Lok Sabha, la chambre basse du parlement indien, qui compte 543 membres. Ils constituent également un indicateur utile de l’humeur de l’électorat.


 Aperçu du système politique indien :


Malgré la domination du BJP au niveau national, les experts ont identifié plusieurs obstacles pour le parti avant les élections, en raison d’un taux de chômage élevé de 10 % depuis deux ans, d’une inflation de 6 %, d’allégations de copinage découlant des liens présumés avec le conglomérat d’infrastructures Adani Group, et d’accusations de corruption contre les gouvernements d’État du BJP. De plus, 28 partis politiques du pays se sont unis sous la direction du Congrès en juillet 2023 pour former une alliance anti-BJP, l’alliance inclusive de la nation indienne pour le développement, Indian National Developmental Inclusive Alliance, INDIA, ce qui ne fait qu’ajouter aux inquiétudes du BJP.


Le BJP et le cœur hindi de l’Inde :

  • Le Rajasthan, le Madhya Pradesh et le Chhattisgarh font partie du bastion du BJP dans le nord et l’ouest de l’Inde, une région souvent appelée le « cœur de l’hindi » en raison de la prédominance des locuteurs de l’hindi. C’est également dans cette ceinture hindie que le nationalisme hindou du BJP (ou Hindutva) l’a propulsé sur le devant de la scène nationale dans les années 1990. La région est ainsi appelée alternativement la « ceinture des vaches », car la vache, sacrée pour les hindous, symbolise le mouvement nationaliste hindou.

  • La ceinture hindie joue un rôle prééminent et de faiseur de rois dans la politique indienne, même si les États du sud affichent de meilleurs résultats en matière de développement socio-économique. Si les victoires du BJP dans les États de la ceinture hindie témoignent d’une dynamique claire en sa faveur, le parti peine à trouver sa place dans le sud.


Comment expliquer alors la performance éclatante du BJP dans ces élections d’État ? Tout d’abord, la popularité personnelle du premier ministre Modi, combinée à « l’Hindutva » – ou nationalisme hindou – a renforcé sa position dans le « coeur hindi ».  Le parti a pu capitaliser sur l’Hindutva en tant que projet de renaissance culturelle et sur Modi en tant que leader charismatique, propulsant l’Inde comme le prochain viswa guru, ou puissance mondiale. En outre, le BJP a réussi à élargir sa base sociale pour inclure les femmes, les castes marginalisées comme les « autres classes en retard » (Other Backward Classes ou OBC) et les tribus.

En revanche, le Congrès a souffert de l’absence d’une autre vision sociale viable, même s’il a tenté de récupérer les électeurs des OBC en leur offrant des « quotas » plus importants à la suite d’une proposition d’enquête nationale sur les castes. En ce qui concerne les politiques économiques, l’offre préélectorale des deux partis constituait une politique similaire de welfarisme (ou « welfarisme compétitif »), mais les niveaux de croissance à l’échelle nationale ont renforcé la crédibilité du BJP.

india-elections
Design graphique : Chloe Fenemore. Chiffres de la population : Recensement de l'Inde 2011

Principales tendances dans cinq États :

  1. Madhya Pradesh – La combinaison de la « gratuités », d’une opposition divisée et de l’Hindutva maintient le BJP à flot.

Contre toute attente, le BJP a remporté une large victoire dans l’État du Madhya Pradesh, après 18 ans de pouvoir. Le succès du parti est attribuable à une combinaison de programmes sociaux, de rivalités au sein de l’alliance INDIA de l’opposition et de la domination idéologique de l’Hindutva dans la ceinture hindie, que même le Congrès a cherché à imiter.

« Ladli Behen Yojana » , un programme d’aide sociale offrant aux femmes éligibles une allocation mensuelle de 1 250 roupies (20 $ CA), a changé la donne à la dernière minute pour le BJP. Les résultats obtenus dans le Madhya Pradesh illustrent la surenchère qui définit de plus en plus la compétition électorale en Inde, les partis proposant des programmes d’aide socio-économique concurrents, tels que des céréales alimentaires et de l’électricité gratuites, que les critiques qualifient avec un certain dédain de « gratuités ». Ces « gratuités » sont toutefois efficaces pour attirer le soutien des électeurs ruraux et des femmes, car elles apportent un soulagement immédiat aux ménages en difficulté.

Les déboires du parti du Congrès lors de ces élections ont été marqués par des fissures au sein de l’alliance INDIA de l’opposition en raison de divergences sur le partage des sièges avec ses partenaires politiques. En outre, les résultats montrent que la stratégie ad hoc du Congrès consistant à attirer les électeurs hindous avec une version copiée du nationalisme hindou, appelée « Hindutva modérée », n’a pas été en mesure pour autant d’écorner la base de soutien hindoue du BJP.

  1. Rajasthan – Le facteur Modi brille de mille feux

 

Depuis 1993, le pouvoir politique au Rajasthan alterne entre le Congrès et le BJP. Pour le gouvernement du Congrès au pouvoir, assailli par les rivalités entre factions, ses programmes d’aide sociale, en particulier sa garantie phare d’assurance maladie de 50 lakh roupies (81 000 $CA), ont étayé ses espoirs de remporter un second mandat consécutif. Le BJP a toutefois réussi à attirer les électeurs avec ses propres politiques sociales, telles que la distribution gratuite de céréales, qu’il a présentées comme une garantie personnelle du premier ministre avec des slogans tels que « Modi ki guarantee » (la garantie de Modi).

À l’instar du Rajasthan, la stratégie politique du BJP dans toutes les dernières élections d’État a consisté à s’appuyer sur la popularité de Modi. Le premier ministre jouit d’un attrait particulier auprès des électrices dans les trois États remportés par le parti en raison de la place accordée aux politiques axées sur les femmes, telles que les subventions pour le gaz de cuisine, les quotas parlementaires pour les femmes et d’autres, dont Modi est le visage.  Il n’a pas hésité non plus à revendiquer le titre de « Hindu hriday samrat », le souverain des cœurs hindous. La popularité de Modi dans les États est également motivée par le fait que le BJP a réussi à convaincre les électeurs que le fait que le même parti gouverne à la fois au niveau national et au niveau des États permettrait d’assurer la continuité des politiques et d’améliorer leur mise en œuvre.

  1. Chhattisgarh – Le Congrès perd le soutien des électeurs marginalisés des castes et des tribus

Au Chhattisgarh, le gouvernement du Congrès a été écarté du pouvoir parce qu’il n’a pas réussi à conserver sa base sociale traditionnelle, constituée d’électeurs marginalisés appartenant à des castes et à des tribus. Le coup le plus dur pour le parti est venu des régions adivasis (tribales) où le gouvernement sortant a traîné les pieds pour mettre en œuvre l’autonomie locale, a refusé aux communautés tribales adivasis le contrôle de leurs terres et de leurs ressources naturelles et a permis à de grandes entreprises comme le groupe Adani de poursuivre leurs activités minières en dépit de l’opposition des adivasis locaux.

L’un des principaux griefs des Adivasis chrétiens à l’encontre du gouvernement du Congrès à l’approche des élections de l’État était fondé sur la réponse inepte du parti aux allégations du BJP concernant les conversions forcées par des groupes chrétiens et la violence qui en a résulté à l’encontre des Adivasis chrétiens. Dans le Surguja et le Bastar, régions essentiellement tribales, le BJP a remporté près de 90 % des sièges.

En outre, la principale stratégie électorale du Congrès, à savoir un « recensement basé sur les castes » avant 2024 pour récupérer le soutien des castes marginalisées, telles que les OBC, n’a pas eu de succès lors de ces élections d’État. Un recensement basé sur les castes recenserait la taille de la population des différents groupes de castes et est un raccourci politique pour les demandes du Congrès d’étendre les politiques de réservation pour les OBC.

  1. Telangana – Reflet des différences entre les États du sud et la ceinture hindie

Le Congrès a remporté une victoire dans l’État méridional du Telangana, dépassant le parti dominant dans la région, le Bharat Rashtra Samithi (BRS). La victoire dans le Telangana permet au Congrès de se racheter quelque peu, surtout si l’on considère que le parti est arrivé en troisième position dans l’État lors des élections législatives de 2019, derrière le BRS et le BJP. La résurgence du parti du Congrès en 2023 est attribuée au Bharat Jodo Yatra de son leader de facto Rahul Gandhi, une marche de 4 000 kilomètres organisée entre septembre 2022 et janvier 2023 contre la « politique de division », ainsi qu’à la faiblesse générale de l’Hindutva dans le sud. Tout comme sa victoire dans l’État du Karnataka en mai 2023, la victoire du Congrès dans le Telangana indique également que les électeurs du Sud donnent la priorité aux « questions fondamentales » telles que le bien-être économique ou welfarisme et le développement plutôt qu’aux politiques identitaires. Après sa défaite au Karnataka, le BJP ne gouverne directement aucun des États du sud.

  1. Mizoram – Les États du nord-est votent pour le changement

Le parti le plus récent de l’État du nord-est, le ZPM, a accédé au pouvoir sur la base d’un récit de changement dans le Mizoram à majorité chrétienne. Au cours de la période précédant les élections, le Congrès et le Front national mizo (MNF) sortant, qui est allié au BJP au niveau national, ont fait part de leurs inquiétudes concernant les violences ethniques dans l’État voisin de Manipur, gouverné par le BJP. Les résultats médiocres du Congrès et du MNF montrent que cette question n’a pas eu d’impact sur l’électorat.

Le chemin vers les élections nationales en Inde

La plus grande démocratie du monde se prépare pour ses prochaines élections nationales en avril-mai 2024. Les résultats obtenus dans les cinq États, même s’ils ne constituent pas un indicateur parfait de ce qui nous attend, donnent un aperçu des différences régionales et des questions socio-économiques qui trouvent un écho auprès des électeurs indiens. Ils montrent également que le BJP est en position de force pour assurer le rare exploit d’un troisième mandat de Narendra Modi en tant que premier ministre. Le parti est particulièrement bien positionné dans les États de la ceinture hindie, où le nationalisme hindou est l’idéologie politique dominante, bien qu’il ne soit pas le moteur de l’histoire dans le sud du pays.

Les fissures dans l’alliance INDIA de l’opposition et l’érosion du soutien au parti du Congrès parmi sa base électorale traditionnelle de castes et de tribus marginalisées semblent également avoir amélioré les perspectives du BJP en 2024. Cette plus grande acceptation du BJP parmi les castes marginalisées, les groupes tribaux et les électrices reflète l’élargissement de la base sociale du parti, qui s’appuie sur son soutien traditionnel basé sur l’Hindutva.

Suvolaxmi Dutta Choudhury

Suvolaxmi Dutta Choudhury est gestionnaire de programme pour l’Asie du Sud au sein de la FAP Canada. Elle est titulaire d’une maîtrise en politique internationale de la Jawaharlal Nehru University (Inde). Ses recherches portent sur les droits de citoyenneté, la migration, le nationalisme, les conflits ethniques et la gouvernance démocratique en Inde.

In Indian Election, AI Amplifies Political Reach but Magnifies Disinformation Highlights from the Panel Discussion: Navigating the Indo-Pacific: The Evolving Strategic Partnership Between India and Southeast Asia Indian Tech Hub Bengaluru Reeling from Water Crisis Read more >